Probiotiques articles oxagood

La ménopause est l’une des étapes les plus importantes auxquels une femme se doit de confronter une fois qu’elle a atteint la cinquantaine. Chez certaines femmes, les signes de la ménopause peuvent même apparaitre bien avant 50 ans. En effet, à 40 ans, on pourrait déjà présenter les signes caractéristiques de la ménopause à savoir douleurs articulaires, douleurs musculaires, sensations de fatigue intense, bouffées de chaleur, sécheresse vaginale…

… Dans la plupart des cas, on parlera de douleurs articulaires associées à la ménopause. Toutefois, ces douleurs articulaires ne se manifestent pas toutes seules et peuvent être accompagnées par d’autres types de troubles comme les douleurs musculaires et les fourmillements. Les douleurs articulaires musculaires fourmillements peuvent apparaitre en même temps ou séparément. Généralement, les douleurs articulaires apparaissent en premier avec des douleurs post opératoire ou DPO, viennent ensuite les douleurs musculaires et les sensations de fourmillements, des pathologies qui perturbent les fonctions nécessaires de l’organisme.

 

Les manifestations des douleurs articulaires musculaires fourmillements à la ménopause

 

La ménopause est l’un des tournants les plus importants de la vie d’une femme. À ce stade, il est temps de profiter du bon temps qu’on a devant soi et de vivre sa retraite paisiblement. Pourtant, au début de la ménopause, on peut ressentir un inconfort et des douleurs au niveau des articulations. Ces douleurs descendent ensuite dans les muscles, puis les tendons, les ligaments et aboutissent aux os. Ces douleurs peuvent s’accompagner de changement thermal à la minute et la partie endolorie peut devenir rouge.

À part les articulations, les muscles sont les plus sollicités par les changements hormonaux liés à la ménopause. En effet, étant donné que ces derniers ne peuvent se séparer, il est assez évident qu’une pathologie touchant l’un peut être à l’origine de troubles chez l’autre. Les douleurs musculaires s’observent surtout dans les zones entourant les zones articulaires les plus sollicitées comme les genoux ou la hanche. À L’issue de la pratique d’exercice physique ou d’efforts articulaires importants, une arthrite peut se développer et provoquer des infections et des douleurs musculaires intensives. À 50 ans, il se pourrait qu’une femme ne pratique plus des sports intensifs comme le ski ou la course à pied, toutefois, elle peut ressentir des douleurs au niveau de ses muscles, surtout des jambes.

En temps normal, les douleurs musculaires se ressentent surtout après la pratique d’activité physique effectuée sur le long terme. Mais avec l’âge, des gestes répétitifs simples suffisent à provoquer des maux au niveau des muscles. C’est une véritable pathologie qui peut nuire à la vie des séniors. Chez les femmes ménopausées, le phénomène est accentué par l’arrêt des règles et les troubles hormonaux qui en résultent…

… En effet, à la ménopause, les règles douloureuses qui ont accompagné la femme depuis qu’elle est pubère s’estompent. Et comme une pathologie n’arrive jamais toute seule de son propre grès, mais résulte de plusieurs facteurs différents, cette dernière peut aussi être à l’origine d’autres troubles. L’arrêt des règles n’arrive pas par hasard comme par magie, mais est le fruit de nombreux dysfonctionnements au niveau des ovaires dus à l’âge. À la ménopause, les ovaires cessent de produire des ovules, un phénomène qui risquent à tous les coups de faire diminuer la production du taux d’hormone ovarien, en particulier l’œstrogène. Ce manque d’œstrogène peut par la suite entrainer le manque de production des nutriments et des éléments primaires essentiels au bon fonctionnement et développement du cartilage, des os et surtout… des muscles. D’où l’apparition des douleurs musculaires. Ces douleurs musculaires peuvent apparaitre à tout moment et peuvent s’accentuer suite à un effort inapproprié.

Les douleurs musculaires ne sont pas les seules pathologies liées à la ménopause et aux douleurs articulaires. En effet, les femmes préménopausées et ménopausées peuvent aussi ressentir des fourmillements. Par ailleurs, nombreuses études effectués sur la base de sondage dans les pays développés comme la France ou le Canada affirment qu’au début de la ménopause et même des années après ce début, nombreuses sont les femmes qui souffrent de fourmillements.

Les médecins spécialistes définissent l’ensemble des sensations d’engourdissements et de fourmillements par un terme scientifique qu’ils appellent généralement « la paresthésie ». La paresthésie touche généralement les mains en atteignant directement les sensations du toucher, des doigts et du poignet. À l’origine, elle peut survenir soit suite à un dysfonctionnement du système nerveux central, soit suite à des troubles de nerfs. Ces deux origines peuvent toutes deux être présentes chez les femmes ménopausées, d’où l’apparition des fourmillements.

Les fourmillements sont les premiers symptômes d’une paresthésie et peuvent atteindre aussi bien votre main gauche que votre main droite. Chez certaines femmes, la pathologie pourrait toucher l’un, l’autre ou les deux en même temps. Les fourmillements se ressentent avec des picotements au niveau des doigts, des sensations de fourmis ou un engourdissement des mains, parfois même on pourrait ressentir des sensations de brûlure. Dans la plupart des cas, ils sont dus à des mauvaises postures ou des positions inappropriées du membre supérieur pouvant aboutir à une compression de nerfs qui sont à l’origine des sensations de fourmis sur les mains. Dans la plupart des cas, les fourmillements ne présentent aucun danger, toutefois, dans certains cas, ils peuvent gagner en intensité et se développer une paralysie des mains. En se manifestant de façon récurrente, ils peuvent aussi gagner d’autres parties du membre supérieur à savoir les poignets, l’avant-bras, voire les coudes.

Pour soulager ces douleurs articulaires musculaires fourmillements au niveau des articulations, des muscles et des mains, un THS s’impose. Le THS a pour objectif de réduire, voire d’éliminer les troubles et les symptômes liés à la préménopause, à la péri ménopause et à la ménopause.

 

Soulager les douleurs articulaires musculaires fourmillements liés à la ménopause avec la thalassothérapie et le THS

 

Le meilleur des traitements qu’on puisse recommander pour faire disparaitre les douleurs articulaires musculaires fourmillements est de prendre du repos. À cet effet, si vous sentez que la pratique d’un quelconque exercice physique pourrait être à l’origine de l’apparition de la douleur, arrêtez de le réaliser est une bonne option. Toutefois, l’arrêt brusque d’une activité pourrait aussi aggraver les choses. De ce fait, pensez à ralentir vos mouvements au lieu d’arrêter tout d’un coup. Mais pour obtenir des résultats plus convaincants, vous pouvez opter pour l’homéopathie. L’homéopathie ou la science des plantes se base sur un traitement essentiellement à base de plante et à des proportions mesurées pour soulager les maux douloureux du quotidien associés à l’âge et à la ménopause. À cet effet, l’utilisation régulière de plante comme le curcuma ou le cassis est conseillée aux femmes ménopausées pour traiter le mal de dos et les fourmillements des doigts. La cause médicale de ces fourmillements pourrait aussi être traitée par une huile essentielle médicamenteuse.

La thalassothérapie est aussi une bonne option pour soulager les douleurs musculaires et les fourmillements au niveau des doigts. Souvent, elle débute par une prise en charge complète de votre cas en tant que femme ménopausée ou préménopausée pour recevoir un traitement adéquat. Ce diagnostic a pour objectif d’identifier les muscles exacts à l’origine de la douleur. Par la suite, le médecin qui prendra en charge de votre cas vous dressera un programme comprenant différents soins qui ont pour objectif de drainer votre organisme. Les soins comprennent généralement des jets marins, des douches marines, des enveloppements à base d’algues marines. À cet effet, plusieurs facteurs sont sollicités pour plus de douceur : l’eau de mer, les algues et l’air marin. L’eau de mer est un élément naturellement riche en sel minéral et peut donc renforcer les tissus qui composent les muscles, puis les os. Les algues sont quant à eux riches en vitamines essentielles (A et C) et aider à lutter contre les effets des acides dans le corps.

Les soins en thalassothérapie permettent aux femmes ménopausées ou aux femmes en début de ménopause de se relaxer, de se détendre et d’atténuer la perception des douleurs articulaires musculaires fourmillements liés à la ménopause. Mais pour obtenir des résultats satisfaisants, il faudrait envisager une cure sur plusieurs jours. Pendant ces quelques jours, le corps sera massé, gommé et modelé pour enlever tout esprit négatif empêchant le bonheur. Certains programmes en thalasso ont été améliorés pour soulager les maux de la ménopause et de l’âge. Ces programmes incluent des soins de jambes et des pieds souvent sujets à des douleurs musculaires, des mains qui souffrent de fourmillements. Des séances de marche et de sport léger en mer permettent de renforcer les muscles et les os et de soulager le mal de dos.

Comme les douleurs musculaires et les fourmillements sont surtout associés aux mécanismes de la ménopause, on peut alors envisager un traitement tenant en compte les troubles de la ménopause pour supprimer ces douleurs. Le traitement préconisé par les médecins gynécologues est surtout le Traitement Hormonal Substitutif ou THS. Le THS a pour objectif d’augmenter le taux d’hormone ovarienne, en particulier les œstrogènes pour régulariser la production des nutriments et d’autres éléments essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Toutefois, le THS ne doit se faire qu’après un diagnostic médical par sur le long terme, il pourrait accentuer l’apparition d’autres troubles comme les Accidents Vasculaires Cérébraux, un fait surtout à l’origine des fourmillements.