Probiotiques articles oxagood

Des douleurs au niveau des chevilles, des genoux et des poignets ? Elles ne vous perturbent que pendant la nuit et après vous être réveillé vous avez du mal à vous endormir ? Dans la plupart des cas, on parlera de rhumatisme inflammatoire qui se traduit par des troubles de type inflammatoire. Ces troubles apparaissent surtout pendant la nuit au moment où les articulations prennent du repos. Au matin, on pourrait alors ressentir un inconfort suivi d’un dérouillage articulaire.

On distingue de nombreux types de rhumatisme inflammatoire, mais les douleurs nocturnes sont souvent associées à la polyarthrite rhumatoïde. Cette dernière peut se manifester au niveau de toutes les articulations et est à l’origine des douleurs ressenties aux chevilles, aux genoux et aux poignets. Ces trois types d’articulation assurent la réalisation de l’ensemble des mouvements du corps, les chevilles assurent la rotation des pieds, les genoux ceux des membres inférieurs et les poignets ceux des mains. Dans certains cas, la polyarthrite rhumatoïde pourrait aussi affecter les coudes, un fait accentué par une mauvaise posture pendant la nuit.

 

Manifestations et causes des douleurs articulaires chevilles genoux poignets nocturnes

 

Souvent, après la pratique d’exercices physiques à fréquence répétée, on peut être sujet à une infection articulaire, une lésion ou une douleur articulaire pourrait s’emparer de nos genoux et de nos hanches. Un examen effectué chez un médecin spécialiste des articulations pourrait révéler une arthrite. Si ces douleurs se manifestent surtout à la nuit ou pendant le repos, il s’agirait certainement d’une polyarthrite rhumatoïde. La polyarthrite rhumatoïde définit l’ensemble de douleurs post opératoire ou DPO touchant plusieurs articulations assurant des fonctions nécessaires au bon déroulement des mouvements effectués par l’organisme. C’est une maladie inflammatoire chronique qui se caractérise par une inflammation de la membrane synoviale. La membrane synoviale est la membrane qui tapisse les articulations pour assurer une fluidité des mouvements. Chez un patient présentant une polyarthrite rhumatoïde, cette membrane sécrète une quantité importante de liquide synoviale, d’où l’apparition de gonflements rouges, de douleurs thermales à la minute aux chevilles, aux genoux et aux poignets.

Cette sécrétion importante de liquide synoviale s’appelle épanchement de synovie et peut aboutir à des déformations, voire des destructions au niveau de l’articulation. Ces déformations atteignent en premier lieu le cartilage, plus l’articulation proprement dite et enfin les muscles, les tendons et les os. La polyarthrite rhumatoïde est classée parmi les maladies auto-immunes les plus fréquentes en Europe et en France. Les systèmes immunitaires assurant les défenses de l’organisme se chargent de l’élimination des virus et des bactéries pouvant provoquer des troubles divers. Pensant que le tapis synovial est un lieu rempli de ces virus et bactéries, ces derniers s’attaquent alors au tapis. Pour se défendre, la synovie sécrète alors du liquide synovial en quantité énorme. Par la suite, cet excès de liquide produit des gonflements et des douleurs de l’articulation. Les genoux sont les plus vulnérables à un épanchement de la synovie associée à la polyarthrite rhumatoïde.

La polyarthrite rhumatoïde se manifeste avec une inflammation conséquente, parfois insupportable. Elle survient généralement en période nocturne ou après une longue sieste en début d’après-midi. Au réveil, on peut alors ressentir des raideurs articulaires qui peuvent s’atténuer en reprenant les activités qu’on a l’habitude de faire au quotidien. Cette pathologie touche surtout les mains et les pieds et apparait de façon symétrique. En effet, elle atteint généralement les deux poignets, les deux genoux et les chevilles. Dans certains cas, elle pourrait même atteindre les articulations MTP ou Métatarso phalangienne.

L’inflammation à l’issue d’une polyarthrite rhumatoïde se manifeste en général au niveau de plusieurs articulations et peut être à l’origine d’une fatigue généralisée des articulations, des muscles ou d’une athérosclérose. Dans le cas où la pathologie n’est pas rapidement prise en charge, les détériorations peuvent se développer dans les autres articulations et devenir un handicap.

Actuellement, les médecins et les chercheurs de la médecine ne peuvent encore affirmer avec certitude les origines réelles de la polyarthrite rhumatoïde. La question qui se pose et qui demeure inexpliquée c’est : pourquoi l’organisme tente de s’attaquer aux cellules constitutives de la membrane synoviale ? Des explications rationnelles désignent la présence de bactéries et de virus nocif au niveau de ce tapis. Dans certains cas, comme chez les femmes ménopausées, ce phénomène pourrait être dû à un dérèglement hormonal ou psychoaffectif. D’autres hypothèses désignent des facteurs génétiques à l’origine de l’attaque. Aussi, étant donné que les commandes effectuées par les agents défenseurs de l’organisme proviennent du système nerveux central, la polyarthrite pourrait donc s’associer à l’apparition d’évènement choquant comme le décès d’un proche, un accident ou un divorce…

… Les résultats des statistiques récemment établis affirment qu’environ 0,5 % de la population française est atteint de polyarthrite rhumatoïde, soit environ 350 000 personnes. Elle se manifeste plus chez les femmes que chez les hommes. Et la plupart de ces femmes sont en début de ménopause ou en ménopause, soit entre une tranche d’âge de 40 à 60 ans. Toutefois, elle peut aussi atteindre des femmes jeunes et rarement des enfants. Comment alors traiter la polyarthrite rhumatoïde et les douleurs articulaires aux chevilles aux genoux et aux poignets à son insu.

 

Évolution et traitement de la polyarthrite rhumatoïde associée à des douleurs articulaires chevilles genoux poignets

 

En l’absence de traitement adéquat, la polyarthrite rhumatoïde pourrait évoluer vers des déformations articulaires au niveau des poignets, des genoux et des chevilles. Ces déformations sont surtout dues aux complications et à la destruction du cartilage et des os au niveau des articulations. Cette pathologie pourrait aussi évoluer et provoquer d’autres types de pathologies comme les infections, l’athérosclérose, voire le cancer.

Pour soulager les douleurs articulaires chevilles genoux poignets liés à la polyarthrite rhumatoïde, on peut opter pour des médicaments anti-inflammatoires classiques. À cet effet, les Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens ou AINS comme l’ibuprofène ou le naproxène soulagent les symptômes de ce type de rhumatisme. Pour plus d’efficacité, les médecins recommandent l’utilisation de corticoïdes qui soulage les raideurs articulaires et musculaires. Les corticoïdes peuvent aussi être utilisés pour un traitement de fond et sont prescrits au début de manifestation de la pathologie.

Si les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde se manifestent de façon fréquente et répétée en période nocturne, un traitement de fond pourrait être envisagé. Ce traitement de fond a donc pour objectif de retarder l’attaque des agents défenseurs au niveau des articulations. La plupart des traitements de fond utilisés pour soulager les douleurs articulaires au niveau des chevilles, des genoux et des poignets sont souvent à base d’immunosuppresseurs. Pour atténuer les effets secondaires du traitement, il est conseillé de consommer des aliments ou des compléments alimentaires riches en acide folique et en minéraux. Aussi, la consommation d’huile d’origine végétale comme l’huile d’olive peut contribuer à réduire les risques et les causes médicales apparents d’un épanchement de la synovie en présentant des vertus médicamenteuses.

Tout récemment, un nouveau traitement a vu le jour pour soulager les douleurs articulaires de façon efficace en apportant une solution biologique. Contrairement aux effets des médicaments antirhumatismaux, la biothérapie combat les actions des substances réellement à l’origine de l’inflammation, de la douleur et la destruction du cartilage. Même si ses médicaments présentent des potentiels plus que considérables pour traiter la polyarthrite rhumatoïde, ils peuvent aussi présenter des effets secondaires conséquents. À cet effet, il est conseillé d’opter pour un genre de traitement plus naturel, à base de plante capable de soulager les maux douloureux des genoux, de la hanche et des chevilles. Selon les médecins homéopathes, l’homéopathie est une bonne option pour prévenir du mal du genou et des douleurs articulaires de façon régulière en utilisant des extraits de curcuma ou de feuilles de cassis.

La rééducation et la physiothérapie peuvent aussi jouer un rôle essentiel dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde qui se manifeste pendant la nuit. En effet, le physiothérapeute conseille la pratique d’exercices physiques permettant de conserver la souplesse et la flexibilité des articulations afin d’éviter toute déformation des chevilles, des poignets ou des genoux. Dans le cas où la pathologie aurait déjà entraîné une invalidité du patient, des séances de rééducation et de réadaptation peuvent alors avoir lieu d’être pour traiter le handicap. Dans les cas les plus complexes, le recours à une intervention chirurgicale est inévitable. En effet, lorsque les dommages provoqués par la pathologie touchent les fonctions vitales des articulations, le médecin peut recommander une synovectomie ou un remplacement de l’articulation…

… Mais avant de penser au pire, sachez que la polyarthrite rhumatoïde et les douleurs ressenties aux chevilles, aux poignets et aux genoux à son insu peuvent être prévenues en modifiant votre régime alimentaire. À cet effet, il vous est conseillé de consommer plus d’aliments riches en antioxydants qu’on retrouve généralement dans les fruits et les légumineuses. Pour ce faire, vous pouvez par exemple intégrer au moins un légume orange et un légume vert dans vos menus. Vous avez le choix entre le brocoli, les épinards, la laitue romaine, les carottes et les courges d’hiver. Les aliments riches en acides gras oméga-3 sont aussi excellents pour la santé des articulations. On en retrouve dans les poissons, l’huile de lin, de noix et de colza.