Probiotiques articles oxagood

Après avoir pratiqué des activités sportives intensives pendant plusieurs semaines, voire plusieurs jours, nos articulations peuvent en pâtir, plus particulièrement le coude. Des douleurs et une incommodité de bouger le bras et l’avant-bras peuvent alors faire surface et affecter notre quotidien de façon douloureuse. De quoi pourrait-il s’agir ? Comment traiter cette douleur ? Et surtout, quel régime alimentaire pourrait-on adopter pour prévenir la pathologie ?

Dans la plupart des cas, on parlerait de douleur interne ou douleur externe du coude. La douleur externe correspond à une pathologie liée à l’épicondyle tandis que la douleur interne s’associe plutôt à des troubles au niveau de l’épitrochlée. Ces deux types d’épicondylalgie peuvent toucher toute personne de tout âge, les adolescents comme les adultes en fonction des activités qu’elle pratique. Toutefois, ce sont surtout les hommes qui en souffrent étant donné qu’ils passent plus de temps pour muscler leurs biceps. Pour trouver le type de traitement adéquat, on doit passer par un examen clinique, parfois même une IRM. Ces examens permettent au médecin d’identifier l’origine précise de la pathologie pour définir le traitement idéal pour traiter cette dernière.

 

Causes et origines des douleurs articulaires au coude

 

Les douleurs articulaires et musculaires au coude peuvent apparaitre fréquemment et toucher vos articulations, vos muscles, vos ligaments, vos nerfs et vos bourses. À titre d’information, le coude se compose de trois types d’articulations pour assurer les mouvements du bras, de l’avant-bras et du poignet : l’articulation huméro-radiale, huméro-cubitale et radio-cubitale. Les causes de la douleur sont nombreuses. En effet, il pourrait s’agir de traumatismes directs suite à un choc, de mouvements répétitifs, d’efforts physiques intenses, de chute, d’une atteinte de nerfs cervicaux ou locaux ou d’une maladie inflammatoire

… Trois os principaux participent au mouvement et à l’articulation du coude, à savoir l’humérus, le cubitus et le radius. Se plaçant au niveau du bras, les douleurs articulaires au coude sont surtout reliées à des pathologies de l’inférieur de l’humérus. L’extrémité inférieure de ce dernier se forme d’une surface articulaire ainsi que de deux saillies latérales : l’épicondyle et l’épitrochlée. A cet effet, les douleurs articulaires du coude sont souvent associées à ces deux saillis latérales, soit l’épicondylite ou tennis elbow et l’épitrochléite ou golfer elbow.

L’épicondylite ou le tennis elbow est une pathologie du coude qui touche généralement les joueurs de tennis (d’où son nom tennis elbow). Elle atteint généralement les tendons en relation avec l’épicondyle, une saillie osseuse se trouvant à l’extérieur du coude. C’est une tendinopathie, un problème articulaire qui touche les régions proches du coude et peut aller d’une simple inflammation à une dégénérescence prolongée. S’il s’agit d’une simple inflammation, la pathologie peut disparaitre en peu de temps en appliquant de la glace pendant quelques minutes tous les jours. Par contre, s’il s’agit d’une douleur thermale accompagnée de lésion rouge au niveau de l’articulation, la guérison peut prendre un certain temps, car les fibres constitutives du tendon mettent du temps à se reconstituer.

L’épicondylite peut résulter de mouvement répétitif effectué sur plusieurs années, voire plusieurs semaines. Dans certains cas, il suffit de pratiquer un exercice physique dont on n’a pas l’habitude de faire pendant quelques heures pour que l’on soit atteint de douleur articulaire, d’infection tendineuse ou d’arthrite du genou et de la hanche. Par exemple, si vous pratiquez du tennis pendant 3 heures d’affilée pour la toute première fois, il n’est pas étonnant qu’à la fin vous ressentiez des douleurs articulaires au coude. Un mauvais ajustement de votre poste de travail peut aussi être à l’origine de l’épicondylite. Un effort soudain et violent ou un coup qui s’applique directement sur la partie extérieure de votre coude peut causer une contusion, surtout si l’effort dépasse de loin la capacité de charge des muscles épicondyliens. Un problème articulaire quelconque touchant votre poignet, votre bras ou votre coude peut entraîner une surutilisation ou une compensation. Aussi, une dysfonction cervicale peut induire une irritation non contrôlée au niveau de votre articulation olécranienne passant autour de l’épicondyle.

Une épicondylite se manifeste avec une douleur atroce à la face externe de votre avant-bras ou de votre coude. L’intensité de cette douleur articulaire coude augmente progressivement en effectuant des mouvements du bras et de l’avant-bras. Si vous pliez, dépliez, faites tourner la paume de votre main dans tous les sens possibles et que vous ressentez des douleurs intenses couvrir votre coude, il s’agit sûrement d’une épicondylalgie externe. Cette dernière peut aussi se manifester suite à des mouvements répétitifs utilisant les doigts ou le poignet comme le fait de travailler sur un ordinateur ou de tricoter. L’épicondylite provoque des douleurs Post Opératoire ou DPO et peut troubler directement les fonctions nécessaires de l’organisme en mobilisant le coude.

En opposition à l’épicondylite ou « tennis elbow », l’épitrochléite ou « golf elbow » se caractérise par des douleurs articulaires touchant la face interne de votre coude. Moins fréquente que son opposé, cette pathologie risque de devenir chronique sans traitement en perturbant les fonctions primaires de l’épitrochlée. L’épitrochlée est une saillie osseuse qui se localise dans le creux du coude. Il relie généralement les muscles fléchisseurs provenant des doigts au poignet.

À la différence de l’épicondylite, l’épitrochléite s’associe souvent à une compression latérale du nerf cubital. Même si cette pathologie peut atteindre tout le monde, elle est assez fréquente chez les hommes et les adultes entre 20 et 50 ans. Le plus souvent, elle affecte les sportifs qui utilisent leurs muscles fléchisseurs comme le golf, l’escalade, le baseball ou encore le judo. Après les sportifs, les travailleurs manuels sont les prochaines victimes du golf elbow, surtout ceux qui sollicitent l’utilisation des tendons avec des mouvements répétitifs comme le martelage ou l’usage de l’ordinateur.

L’épitrochléite se manifeste avec des douleurs localisées au niveau de l’épitrochlée. Cette douleur peut être suivie d’une pression ou d’une extension passagère ou instantanée de l’avant-bras. Dans la plupart des cas, elle survient de façon progressive au fil du temps et selon ses origines. Toutefois, il peut arriver qu’une épitrochléite survienne brutalement à un moment donné pendant la nuit ou le jour accompagné de fourmillements. En atteignant un stade plus avancé, elle peut évoluer vers une faiblesse musculaire et une incapacité à prendre des objets entre les doigts.

Qu’il s’agisse d’épicondylite ou d’épitrochléite, les douleurs articulaires au coude peuvent provoquer des sensations de gênes et douloureuses au quotidien et sur le long terme. Que faire alors pour atténuer la douleur ?

 

Traitement et prévention des douleurs articulaires au coude

 

Pour traiter les douleurs articulaires au coude, il est nécessaire de prendre rendez-vous chez un médecin spécialiste pour passer des examens cliniques. En premier lieu, vous subirez une radiologie, une pratique qui vise à détecter les calcifications présentes au niveau de vos tissus sous-cutanés ainsi que les éventuels signes d’arthrose. Le médecin peut aussi vous faire passer une IRM ou une échographie du coude pour identifier avec précision la profondeur des atteintes intra-articulaires de votre coude. Dans la plupart des cas, une chirurgie ne peut être envisagée qu’après une année et si aucun changement n’est constaté au cours de cette période. Cette chirurgie aura pour objectif de désinsérer les tendons à vos muscles épitrochléens.

Pour soigner les douleurs articulaires au coude, le premier réflexe qu’on doit avoir est d’arrêter la pratique les activités ou des exercices physiques à l’origine de la pathologie. En prenant du repos, il se pourrait que l’épicondyle ou l’épitrochlée retrouvent leur état initial. Une visite régulière chez un physiothérapeute vous apprendra les bons gestes à adopter pour la rééducation de votre coude. Si besoin, on pourrait vous administrer des AINS ou Antalgique & anti-inflammatoires Non Stéoïdiens, des corticoïdes, de l’acide hyaluronique. Le médecin pourrait aussi recourir à des concentrés plaquettaires PRP ou des ondes de choc. Si vous répondez positivement au traitement, vous pourriez reprendre vos activités après 4 à 6 mois en fonction de votre situation.

En procurant un traitement à base de plante, l’homéopathie est aussi une option à envisager pour soulager les zones douloureuses entourant le coude. Pour ce faire, l’utilisation de l’huile médicamenteuse d’harpagophytum est plus que conseillée pour le traitement médical des douleurs articulaires au coude, peu importe leur cause. Vous pouvez aussi accentuer les effets réguliers du traitement en l’associant à d’autres types de plantes thérapeutiques comme le cassis ou le curcuma. Ces plantes sont reconnues pour soulager le mal au coude.

Comme on le dit toujours, il vaut mieux prévenir que guérir. Vous pouvez très bien prévenir les douleurs articulaires au coude en changeant vos habitudes alimentaires et en buvant beaucoup d’eau. L’eau est source de vie et peut atténuer les douleurs chroniques perçues au niveau des articulations. Concernant l’alimentation, il vous est conseillé de manger moins d’aliments favorisant l’inflammation comme les charcuteries et leurs dérivés, les produits à base de graisses animales, les viandes à filaments blancs et les produits sucrés. Il vous est aussi déconseillé de consommer des aliments trop riches en acide pour éviter les effets du phénomène d’oxydation dans l’organisme, plus particulièrement au niveau de l’articulation. À la place, priorisez les aliments sains et riches en fibres végétales, en substances minérales et en antioxydants comme les dattes, les kiwis, les agrumes, les fruits rouges, les choux-fleurs, les brocolis, les radis, les navets, les betteraves…