Probiotiques articles oxagood

Les racines de l’harpagophytum sont utilisées pour le traitement des douleurs articulaires. Elles referment deux principes actifs, notamment l’harpagoside et le bêta-sitostérol. Ces molécules actives ont des caractères anti-inflammatoires et antigènes. Elles contiennent aussi des flavonoïdes, des quinones, des acides phénoliques, des phytostérols, des triterpènes, des acétosides et des sucres. C’est pourquoi la consommation de l’harapagophytum est contre-indiquée pour les patients présentant des ulcères gastriques ou duodénaux, des calculs biliaires et le diabète.

Des études de la propriété pharmacologique de l’harpagophytum en tenant en compte le cas d’homme et d’animaux révèlent des réactions similaires concernant les effets anti-inflammatoires de cette plante. En effet, qu’il s’agisse d’un homme ou un chien, l’organisme des êtres vivants se compose tout d’un ensemble d’articulations et de muscles. À cet effet, il n’est donc pas étonnant de constater un chien souffrir de douleur articulaire. Si chez ce dernier, les douleurs articulaires s’associent à des pathologies dues à une infection, un accident ou une longue marche, chez l’homme, ces douleurs peuvent être à l’origine de problèmes internes plus graves comme le diabète.

Pour soulager les douleurs articulaires, on peut alors recourir au traitement à base d’Anti-Inflammatoire Non Stéroïdiens ou AINS. Pourtant, ces derniers présentent des effets indésirables sur l’état de santé en général et ne traitent que la douleur. L’harpagophytum quant à lui présente un traitement de fond des rhumatismes. Contenant du sucre, il est contre-indiqué aux patients déjà diabétiques. Par contre, chez les sujets normaux, il pourrait prévenir le diabète grâce à ces autres principes actifs.

Les vertus puissantes de l’harpagophytum pour le bien-être des patients non diabétiques

 

Par rapport à la plante médicinale cultivée, les principes actifs obtenus par les plantes bio sont plus puissants, on constate une nette augmentation de la vertu du médicament obtenu. Le choix des produits à prendre est très important. A priori, les produits dont la composition n’est pas indiquée sont à éviter. Le meilleur des options serait d’opter pour des plantes riches en principes actifs comme l’harpagophytum qui contient un pourcentage élevé en harpagoside qui est en moyenne de 2,7 %. Plus ce pourcentage est élevé, plus la plante est alors efficace pour soulager les douleurs articulaires. Sur le marché de l’herboristerie et de l’homéopathie, on pourrait retrouver des types d’harpagophytum ultra concentré avec un pourcentage en harpagosides dépassant de loin ces 2,7 %. Les harpagosides sont des glucosides iroïdes qui présentent des effets anti-inflammatoires et antalgiques. Cependant, pour être efficace, l’harpagophytum ne se base pas uniquement ce principe actif étant donné que ce dernier a besoin de réagir en synergie avec d’autres actifs comme les flavonoïdes ou les phénols.

L’Harapagophytum ou griffe du diable est une Herbadée vivace qui pousse en majorité en Namibie et Botswana. Il est nommé griffe du diable en rapport à ses fruits qui s’attachent aux sabots et aux fourrures des animaux. L’harpagophytum provient de l’Afrique australe, dans les régions semi-désertiques, c’est une plante médicinale, qui est utilisée en médecine traditionnelle pour guérir plusieurs maladies depuis des millénaires. Les Occidentaux les utilisent que depuis le début du XXe siècle. En 1907, on découvre ses vertus médicinales, mais son action sur le soulagement des douleurs articulaires n’est confirmée que vers les années 1970 par les médecins allemands Schmidt et Belam. L’harpagophytum est surtout célèbre grâce à ses racines en forme d’épine ou griffe, d’où son nom de griffe du diable. Ces racines sont riches en principes actifs et doivent être immédiatement découpées, séchées puis transformées une fois en contact avec l’atmosphère au risque de se détériorer. On la retrouve couramment sous forme de tisane, de poudre, de gélules, de comprimé, de gel, de pommade et convient à tout âge. Qu’en est-il de ses relations avec le diabète ?

Le sujet « Harpagophytum et diabète » parle en général des risques et des effets indésirables provoquer par le griffe du diable comme le vertige ou la sensation de nausée, les maux d’estomac ou de tête dans le cas où la dose prescrite n’est pas respectée. En pharmacie, l’harpagophytum se trouve sous forme de gélule, de gel, de comprimés ou de poudre. La dose normale par jour à prendre est de 400 à 500 mg d’extrait sec de racine c’est-à-dire 3 à 4 g de poudre… Consommé en excès, l’harpagophytum pourrait provoquer une augmentation importante du taux de sucre dans le sang. Or le diabète est une pathologie associée à l’importance de ce taux de sucre. À cet effet, si le patient est déjà de terrain diabétique, il pourrait voire sa maladie progressée au pire avec ce complément alimentaire.

« Harpagophytum et diabète » est un sujet parlant à la fois de la plante médicinale qui sont utilisées pour soulager les douleurs, du symptôme origines des inflammations. L’Harpagophitum est un remède naturel qui permet de lutter contre plusieurs maladies comme la glycémie ou diabète, la perte d’appétit, les douleurs articulaires et musculaires, souvent, il est en forme de poudre, et on le dilue dans l’eau sous forme de bouillie. En effet, administré chez une personne déjà atteinte de diabète, la plante pourrait accentuer la maladie, par contre, chez les autres personnes, elle procurerait l’effet inverse. Étant donné qu’elle est riche en principes actifs, ces derniers pourront alors agir à temps pour prévenir des débuts d’un diabète.

À part l’harpagophytum, l’homéopathie recommande aussi l’utilisation d’autres plantes à consommer régulièrement comme le curcuma, la prêle ou les feuilles de cassis pour limiter les risques de développement du mal de genou douloureux et du diabète. La consommation de plantes riches en minéraux et en vitamines ainsi qu’une alimentation contenant de l’acide gras riche en oméga 3 est vivement conseillée pour un bien meilleur effet sur la santé articulaire. Dans le cas où les douleurs ressenties s’associent étroitement à un changement de couleur de la peau en rouge au niveau d’articulation en quelques minutes, le recours à une cure thermale est souhaitable.

L’harpagophytum et le rhumatisme articulaire

 

Quand on fait allusion au sujet « Harpagophytum et diabète », on pourrait alors penser à la posologie et le bienfait de la plante harpagophytum sur la maladie liée à la digestion chez l’espèce animale comme les troubles digestifs, les maux d’estomac et la perte d’appétit. Il s’agirait plutôt de deux termes en même temps complémentaire et présentant des sens contradictoires. Le diabète définit l’état d’une personne présentant une forte concentration de glycémie dans le sang. L’harpagophytum est une plante riche en actifs et en sucre. De ce point de vue, on pourrait alors affirmer que la consommation de l’harpagophytum pourrait accentuer le diabète. Cette thèse est justifiée chez les patients présentant réellement un dossier médical diabétique, mais chez les autres, la griffe du diable contribue à prévenir contre cette pathologie…

… En effet, la griffe du diable contient des principes actifs puissants comme les glucosides et les harpagosides qui peuvent faire baisser considérablement le taux de glycémie dans le sang. Ces deux actifs sont tous deux de type iridoïdes et permettent de combattre les maux, les problèmes gastriques, les pertes d’appétit… mais ne peuvent pas toutefois remplacer un régime alimentaire équilibré. L’harpagophytum est en général considéré comme étant un complément alimentaire. Ses vertus anti-inflammatoires et antalgiques lui rendent efficace pour lutter contre les douleurs et les inflammations articulaires et musculaires. Comme tout autre complément alimentaire, il devra être pris de façon répartie pendant la journée, matin soir sur la base d’un traitement n’excédant pas les 3 mois pour éviter les risques d’effets secondaires.

Alors, pour le traitement il faut bien connaître la propriété pharmacologique et les précautions d’emploi de la racine séchée de la griffe de diable pour éviter tout type de problèmes néfastes conduisant aux effets secondaires, aux contre-indications, et la surdose. Pour le cas des patients souffrant de pathologie inflammatoire ou de problèmes d’estomac, il est plus conseillé d’opter pour un produit ou un médicament à base d’harpagophytum sous forme de gélules à la place de la teinture mère ou de l’extrait sec.

Les racines de la plante harpagophytum contiennent plusieurs principes actifs que ses bienfaits sur l’organisme sont prouvés par plusieurs études. À titre d’information, le besoin mondial en termes d’approvisionnement de cette plante se définit à 700 tonnes de racines par an dont la plupart sont extraites de plantes sauvages, un chiffre plus que considérable. Pour préserver son existence, ses pays producteurs mettent en œuvre des politiques d’encadrement de culture. Cette quantité considérable de besoins à l’échelle mondiale s’explique par l’efficacité des traitements présenter par l’harpagophytum sur le soulagement des douleurs rhumatismales, articulaires et musculaires. Les médicaments traditionnels sont efficaces, mais peuvent provoquer d’autres troubles plus graves et plus importants. Notons que la prise de l’harpagophytum présente rarement des effets indésirables, ses racines secondaires séchées sont transformées en d’autres formes pour faciliter son utilisation et pour limiter au mieux les risques de surdosage.

En accompagnement avec le traitement naturel que propose l’harpagophytum, on pourrait aussi pratiquer des exercices physiques, mais à fréquence modérée. Ces exercices articulaires peuvent plus ou moins atténuer les douleurs ressenties au niveau de la hanche et des genoux à l’issue d’une arthrite, d’une infection articulaire ou d’une arthrose. On peut aussi associer la consommation de l’harpagophytum avec un massage à l’huile essentielle médicamenteuse pour prévenir des causes médicales apparentes du diabète.

En dernier recours, une opération chirurgicale est inévitable dans le cas où la pathologie immobiliserait les fonctions vitales de l’organisme. Mais à l’issue de cette opération, il est nécessaire de recourir à un traitement de soulagement pour atténuer la perception des douleurs post opératoire.