Probiotiques articles oxagood

La ménopause est l’une des étapes de vie qu’une femme devra passer une fois qu’elle a atteint une certaine tranche d’âge. Chez certaines femmes, la ménopause commence à 50 ans tandis que chez d’autres, cette dernière pourrait frapper assez tôt et être à l’origine d’un dérèglement des ovaires précoce. En effet, en Europe et en France, on pourrait voir des femmes préménopausées à 40 ans.

Qu’il s’agisse de ménopause précoce, normale ou tardive, une chose est sûre, la ménopause est source de dérèglement chez la femme. Ce stade est surtout associé à une chute brutale, puis progressive de la production d’hormones ovariennes dans les cavités de l’ovaire, plus précisément les œstrogènes. Par la suite, le corps peut être exposé à des troubles divers comme une insomnie, des bouffées de chaleur, des douleurs nocturnes, un inconfort important et démesuré, rarement des troubles de la vue… Ces troubles s’associent à un manque de la production de nutriments et de substance minérale, d’acide indispensable pour le corps. Les effets de ce manque peuvent alors mener tôt ou tard à une ostéoporose. Comme traitement, il est alors conseillé de consommer des aliments, des plantes et des compléments riches en ces substances pour réduire au maximum les symptômes liés à la ménopause et pour une bien meilleure qualité de sommeil.

 

Les symptômes de la préménopause et l’utilisation des plantes de la médecine pour les soulager

 

Souvent, les douleurs articulaires et les pathologies articulaires comme l’arthrite ou les infections sont dues à des mouvements ou des exercices physiques inadaptés peuvent provoquer des inflammations ou des troubles divers au niveau des grosses articulations comme le genou et la hanche. À la minute, l’articulation touchée peut devenir rouge et pour soulager la douleur, une cure thermale est souvent préconisée… Chez la femme ménopausée, les douleurs articulaires ne sont pas réellement dues au même phénomène, mais sont souvent le fruit d’un dérèglement hormonal. Toutefois, la cure thermale est aussi une bonne option pour soulager les articulations, les muscles et pour apporter plus de minéraux aux os.

Les symptômes de la ménopause sont plus importants pendant la préménopause ou la périménopause. Au cours de ces stades, la femme peut être sujette à des cycles déréglés, des bouffées de chaleur suivies d’importantes sueurs nocturnes, une insomnie, des troubles de l’humeur, une fatigue généralisée et une prise de poids. Dans certains cas, les symptômes de la ménopause pourraient présenter une réponse positive au développement d’une ostéoporose.

Étant donné que la ménopause est surtout liée à un arrêt des règles, il est assez évident que son premier symptôme se définit par des cycles ovariens déréglés et irréguliers. Ce dérèglement peut survenir 10 ou 5 ans avant l’arrêt définitif des règles, soit en moyenne vers l’âge de 42 ans. Il se traduit par des règles parfois plus courtes et parfois plus longues. Au cours d’un cycle, le corps sécrète des œstrogènes en première partie, suivie de la production de progestérone. La chute brutale du taux de progestérone produit par la suite une destruction de la muqueuse utérine et l’apparition des règles. Chez la femme préménopausée, la production d’œstrogènes diminue considérablement, un fait à l’origine des tensions mammaires, des lourdeurs, des fourmillements, des gonflements et des rougeurs externes se manifestant sur les articulations. Par la suite, elle peut être sujette à des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes.

Les bouffées de chaleur surviennent souvent pendant la nuit et s’accompagnent de sueurs nocturnes de façon irrégulière. Au fur et à mesure que la femme avance dans le stade de la ménopause, ces bouffées peuvent apparaitre plus fréquemment en même temps le jour et la nuit. Les bouffées se ressentent surtout au niveau de l’abdomen et du thorax, puis du visage. Leurs intensités et leurs durées peuvent varier d’une vingtaine de secondes à plusieurs minutes. Les sueurs nocturnes se caractérisent par d’importantes sudations dans le corps et nécessitent souvent un traitement d’hormone vaginale pour limiter leur apparition.

Sans traitement adéquat à base de plante, ou d’homéopathie, les symptômes douloureux de la ménopause liés à un dérèglement des ovaires peuvent conduire à des perturbations de sommeil. D’une manière générale, avec l’âge, on a l’impression que les nuits deviennent beaucoup plus courtes avec une qualité de sommeil plus médiocre. Aussi, cette insomnie se lie étroitement à l’apparition des bouffées de chaleur et des sueurs nocturnes. Comme traitement, à usage externe ou interne, il existe des plantes médicinales capables de soulager le syndrome des peu muqueuses et de la sécheresse vaginale.

Ils existent de nombreuses plantes pour douleurs articulaires ménopause dont le soja est le plus connue pour l’action que les isoflavones soja procurent pour soulager les douleurs liées à la ménopause. En effet, le soja est une plante de type phytoetrogène et riche en protéines capable d’atténuer les symptômes surtout présents pendant la ménopause comme les bouffées de chaleur et l’ostéoporose. Le soja peut aussi faire baisser de façon considérable le taux de cholestérol dans le sang. Pour sa consommation, vous pouvez l’intégrer dans vos menus, manger des yaourts au soja ou d’autres produits riches en soja. Le trèfle des prés est aussi une plante phytoestrogène capable de soulager les troubles hormonaux pendant la ménopause. On peut aussi l’utiliser à titre préventif pour limiter l’apparition de l’ostéoporose. Cette plante s’administre sous forme de tisane, 2 à 3 cuillères à café de fleurs sèches peuvent suffire pour une tasse de 150 ml. La posologie recommandée est de 2 à 3 tasses par jour.

 

Les causes de manifestations des troubles de la ménopause et l’usage de plante pour constituer un traitement efficace

 

À part l’irrégularité des règles, les troubles de sommeil, les bouffées de chaleur et sueur, troubles de ménopause peuvent aussi être à l’origine d’autres réponses sur le corps comme les troubles d’humeur, la fatigue généralisée et une facilité de prise de poids en l’absence de produit traitant. En effet, pendant la ménopause, la femme peut facilement subir des troubles d’humeur et des problèmes émotifs. Ces troubles se manifestent par une irritabilité, une tendance à pleurer, une anxiété, un manque de motivation ou d’énergie, ainsi qu’une humeur désagréable. Les femmes qui ont souffert de dépression avant cette période peuvent voir leurs symptômes s’aggraver.

La ménopause peut aussi s’associer à une fatigue généralisée en raison d’une baisse importante d’énergie. En conséquence, la femme ménopausée sera plus vulnérable au moindre effet physique. Ce stade se relie étroitement au syndrome de la sécheresse des muqueuses utérines. Cette sécheresse est due à la diminution de production essentielle du taux de mucus vaginaux et pourrait mener vers un cancer du col dans certains cas. Les propriétés physiques et chimiques des tissus qui tapissent la muqueuse utérine changent suivies d’une inflammation et de troubles du cycle ovarien. Les sécrétions vaginales deviennent alors plus aqueuses et moins acides et l’on peut ressentir un inconfort par des démangeaisons, des sensations de brûlure ou des douleurs pendant les rapports sexuels… En termes de prise de poids, la ménopause possède une certaine similarité avec la puberté. En effet, pendant la ménopause, les troubles hormonaux changent le métabolisme et il peut devenir plus difficile de perdre les kilos en trop, surtout au niveau de l’abdomen.

Dans certains cas, la ménopause pourrait même changer de façon plus significative la vie d’une femme en s’associant à une polyarthrite rhumatoïde, il est alors conseillé de consommer des plantes pour soulager la douleur. Dans un premier temps, le traitement des causes médicales de la ménopause se base sur la réalisation d’un THS ou Traitement Hormonal Substitutif sans huile. Cette option est efficace pour régulariser le taux d’hormone ovarienne et pour résoudre les problèmes de chaleur & sueurs nocturnes, mais peut tout de même engendrer des problèmes cardio-vasculaires comme l’accident vasculaire. À son insu, on pourrait aussi ressentir des DPO ou Douleurs post-opératoire pouvant affecter les fonctions nécessaires des articulations à l’organisme. C’est pourquoi il est recommandé de consulter un médecin avant de vouloir opter pour un THS.

Pour éviter les effets secondaires du THS, un traitement bio à base de plantes pour douleurs articulaires ménopause pourrait suffire à régulariser le taux d’œstrogène à l’issue de l’arrêt des règles. À cet effet, l’association de l’harpagophytum procumbens et le soja est plus que conseillé pour limiter, voire supprimer les bouffées de chaleur nocturne. Pour que la douleur devienne moins régulière et que le mal au ventre qu’on ressent disparaisse pendant les règles au début de la ménopause, on pourra associer la consommation de l’harpagophytum avec le curcuma ou les feuilles de cassis. D’autres plantes à vertus médicamenteuses comme l’huile essentielle d’eucalyptus citronnée, l’actée à grappes, l’aubépine, le ginseng, la mélisse et le millepertuis peuvent aussi résoudre les causes médicales associées à la ménopause.

La consommation de sauge est aussi une option souhaitable pour stimuler la production d’œstrogènes pendant la préménopause. Par ailleurs, cette plante s’utilise depuis bien longtemps pour ses vertus à limiter les transpirations excessives pendant la nuit. Des études scientifiques prouvent qu’elle présenterait des effets positifs sur la mémoire et l’éradication de l’anxiété. 3 g de sauge versés dans une tasse d’eau à forte température peut suffire à faire une tisane à cet effet. Vous pouvez également consommer un peu de vigne rouge pour réduire l’apparition des bouffées de chaleur. La vigne rouge est réputée pour ses vertus vasoconstrictrices par la présence des anthocyanosides dans sa composition. Elle améliore considérablement la circulation sanguine et prévient des maladies cardio-vasculaires liées à l’âge comme l’AVC.