La flore intestinale se constitue par des bactéries présentes dans l’intestin. Non pathogènes, ses bactéries assurent le bon fonctionnement de l’organisme, synthétisent des vitamines, dégradent certains composés et éliminent les autres bactéries potentiellement nuisibles provenant des nourritures. Elles jouent aussi un rôle essentiel dans le transit digestif en réglant les problèmes de flore intestinale déséquilibrée chez l’enfant. Ce déséquilibre de la flore intestinale chez l’enfant est surtout dû au mode de vie actuel dans la plupart des pays développés en Europe. En France, nombreux sont les enfants qui se nourrissent à base d’une alimentation malsaine… Malheureusement, les conséquences de ce fait ne s’arrêtent pas sur la prise de poids importante et l’obésité, il risque aussi d’engendrer des problèmes de dérèglement au niveau de la flore intestinale.

Comme solution, on doit alors changer les habitudes alimentaires de nos enfants en priorisant les aliments riches en protéines végétales et en fibres. Un traitement à base de probiotique pour enfant est aussi essentiel pour l’augmentation du taux de microorganisme présent dans la flore intestinale.

 

Les microbiotes : des bactéries bénéfiques pour les cellules immunitaires

 

Les microbiotes définissent l’ensemble des micro-organismes (comme les bactéries) non pathogènes à la vie de l’homme. Dits commensaux, ils s’installent dans une partie spécifique de l’organisme humain. On en trouve au niveau de la peau, de la bouche, de la flore intime et de l’intestin. Chez l’enfant, le microbiote intestinal fait parmi des microbiotes les plus développés avec un nombre qui atteint les 1012 à 1014 micro-organismes. Ces micro-organismes intestinaux vivent principalement dans l’intestin grêle, le côlon, la paroi de l’estomac et rendent l’acidité gastrique pratiquement stérile. Ils se répartissent entre la lumière du tube digestif et le biofilm protecteur que forme le mucus intestinal sur sa paroi intérieure (l’épithélium intestinal). La présence de ces micro-organismes dans l’intestin a été prouvée depuis plus d’un siècle par des spécialistes chercheurs qui ont su démontrer l’existence d’une véritable symbiose entre la flore intestinale d’un enfant et les probiotiques. Cette flore contient en tout près de 200 espèces de micro-organismes différents : souches bactériennes, levures, champignons, virus…

À la suite d’une étude spécifique menée, on a pu déduire que le microbiote intestinal se crée dès la naissance et évolue au fil des années en fonction des différents facteurs qui définissent la vie de l’enfant : la génétique, l’alimentation et l’environnement. A cet effet, le nombre de bactéries qui le compose peut donc subir une augmentation ou une diminution selon les cas et les différentes périodes qu’il traverse au cours de son enfance. Une chute importante de ce nombre provoque directement ou indirectement des déséquilibres de sa flore intestinale. Si votre enfant présente l’un des troubles suivants, il se pourrait que sa flore intestinale soit en déséquilibre : difficulté de perte de poids, allergies, acné et anémie ferriprive. Les allergies peuvent être un signe d’un déséquilibre au niveau de l’intestin en troublant sa fonction de barrière de protection. À cet effet, le transit intestinal n’est plus en mesure de bloquer la pénétration des bactéries nuisibles à son bon fonctionnement. Sachez aussi qu’un intestin qui devient perméable peut induire l’apparition des causes les plus fréquentes liées à l’acné comme le stress oxydatif et les déséquilibres de l’alimentation…

Pour résoudre les problèmes liés au déséquilibre de la flore intestinale chez l’enfant, il est conseillé de consommer moins de protéines animales au profit des protéines végétales. Riches en fibres et en éléments nutritifs, ces derniers améliorent incontestablement l’aspect du microbiote intestinal. À cet effet, remplacez la viande, le poisson et les œufs dans l’alimentation de vos enfants par des tofinelles, des steaks de soja, le quoru ou le tofu. Les légumes sont des aliments anti-inflammatoires qui apportent des fibres nécessaires au profit des bactéries non pathogènes.

Les aliments riches en ferments lactiques ont aussi une influence bénéfique sur la flore intestinale de l’enfant. Les ferments lactiques sont définis par l’OMS comme étant « des micro-organismes vivants utiles à l’homme » ou « probiotiques ». Ils passent dans le tube digestif et ont une influence sur la muqueuse de l’intestin et sur le microbiote. En effet, le probiotique bactérie contribue à rééquilibre le gène microbiote intestinal qui participe au renforcement de la défense immunitaire de l’organisme et donc à l’amélioration de l’état de santé de l’enfant.

Par la suite, les bactéries lactiques transforment les gros sucres en acide lactique pour renforcer le système immunitaire de l’intestin. La plupart des traitements à base de probiotique qui ont pour objectif de traiter les problèmes de déséquilibre de la flore intestinale utilisent les lactobacilles et les bifidobactéries. Ces types de souches bactériennes n’induisent pas les mêmes effets, certaines contribuent au rééquilibrage de la flore intestinale tandis que d’autres améliorent le transit intestinal ou encouragent l’absorption des minéraux et des vitamines. Pour augmenter le nombre de ces bactéries, il est essentiel de suivre un niveau d’alimentation humaine riche en ferments lactique. En effet, l’alimentation en produit probiotique contribue alors à l’équilibre de la flore intestinale de façon directe ou indirecte. Servant de complément alimentaire, le probiotique assure la défense naturelle du transit intestinal et protège l’organisme de l’enfant contre les allergies comme le gluten.

 

La dysbiose correspond à un déséquilibre de l’agent pathogène

 

La dysbiose ou le déséquilibre de la flore intestinale se traduit par plusieurs types de troubles intestinaux. On peut parler de déséquilibre des agents pro-inflammatoires et des agents anti-inflammatoires, de prédominances de certains micro-organismes comme les entérobactéries ou encore de raréfaction ou d’absence d’autres genres de bactéries comme le Faecalibacterium prausnitzii. Des études et des recherches menées sur la flore intestinale montrent qu’une dysbiose pourrait entrainer le développement de certaines maladies comme les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) ou la maladie de Crohn ou la recto-colite hémorragique. Elle peut aussi être à l’origine de troubles métaboliques comme le diabète de type 2, l’obésité, le cancer colorectal. Certaines tumeurs qui se développent au niveau du côlon sont dues au déséquilibre du lien entre le microbiote intestinal et les cellules nerveuses. Par ailleurs, plusieurs études confirment qu’il y a bien une interaction entre la flore intestinale et le cerveau. Il n’est donc pas assez étonnant de voir un déséquilibre intestinal affecter les fonctions motrices du système nerveux central. Le déséquilibre flore entraîne aussi une diminution importante des bactéries intestinales qui rend l’accomplissement du rôle microbiote difficile. Dans certains cas, une prise antibiotique volontaire non contrôlée chez l’enfant pourrait entraîner un déséquilibre des différents microbiotes et macrobiotes au niveau de la peau, de la flore intime et intestinale et des selles.

Nombreuses sont les fonctions physiologiques sous la responsabilité du microbiote intestinal. Ce dernier assure la dégradation des composés d’origine alimentaire indigestes, la protection contre l’expansion des bactéries pathogènes, le développement et la maturation du système immunitaire et du métabolisme intestinal. Malheureusement, l’équilibre de cet écosystème peut être perturbé par de nombreuses pathologies digestives comme la maladie de Crohn (réduction quantitative et qualitative du phylum Firmicutes), le syndrome du grêle court (prédominance des lactobacilles), les diarrhées infectieuses ou encore le syndrome de l’intestin irritable.

En limitant les facteurs de risque et de stress, il est possible de réaliser un traitement préventif d’un patient atteint d’une dysbiose. Pour cela, il est conseillé de suivre un mode d’alimentation saine et équilibrée, de limiter les activités stressantes et fatigantes et de pratiquer une activité sportive. La consommation de compléments alimentaires est aussi conseillée pour rétablir naturellement la flore intestinale. Pour obtenir de nouveau un équilibre du microbiote intestinal, trois types de compléments alimentaires sont recommandés : les probiotiques, les prébiotiques et les symbiotiques. Les probiotiques sont des micro-organismes vivants, les prébiotiques sont des substances qui favorisent le développement des bactéries de la flore intestinale et les symbiotiques constituent un mélange entre ces deux composés. Ces trois conviennent tous à la flore intestinale d’un enfant. Une fois l’équilibre de la flore intestinale atteinte, l’intestin et les différentes flores qui le composent seront dans un meilleur état de santé.

Récemment, une vaste campagne a été lancée par L’Organisation mondiale de la santé pour la promouvoir une alimentation plus saine, surtout pour les enfants. À cet effet, le gouvernement français encourage désormais la consommation abondante de fruits et de légumes suivant le Programme National Nutrition Santé, établi par le Ministère de la Santé. Le slogan de cette campagne incite la consommation de cinq fruits et légumes par jour pour le bon fonctionnement de la flore intestinale.

Les fruits et légumes sont bénéfiques pour le microbiote intestinal et l’équilibre acido-basique. Riches en antioxydants, les fruits secs stimulent les contractions de l’intestin grêle en améliorant l’absorption des différents nutriments à travers les parois des cellules de ce dernier.

Pour résoudre les problèmes de diabète et d’obésité liés au déséquilibre de la flore intestinale, une consommation en quantité suffisante de produit anti-inflammatoire est recommandée.

À noter que la consommation de probiotique dès la première année de vie d’un enfant est autorisée pour assurer une quantité suffisante de bactéries aérobies nécessaires pour son immunité intestinale. Les bactéries présentes dans le colon du bébé utilisent des fibres contenues naturellement dans le lait maternel comme source d’énergie. De ce fait, si vous voulez que la santé de la flore intestinale de votre bébé se stabilise, pensez à bien l’allaiter en suivant une fréquence majeure. Pour le cas des autres sujets et des enfants qui peuvent déjà manger autre chose que le lait maternel, un nouveau type de traitement à base d’antibiotique peut s’associer sans contrainte à la prise de probiotique pour un retour de santé intestinale à la normale.